•  esJ'arrivais à quai, sous un soleil de plomb. Je descendis, tandis que mes parents transportaient les bagages dans notre nouvel habitat. Cette bicoque était vieille, isolée sur une île où il n'y avait qu'une centaine d'habitants. Mes parents et moi avions déménagé car mon père voulait reprendre le business familial, c'est-à-dire qu'il allait travailler dans un petit magasin de ravitaillement où mon grand-père avait lui aussi travaillé, avant sa mort brutale. Je visitais la maison presque décrépie de toutes parts. Il n'y avait ni eau courante ni gaz. La poisse! Ça commençait bien! Cela faisait quelques mois que mes parents travaillaient et que je m'ennuyais toute seule. C'était les vacances mais je ne voyais pas d'enfants de mon âge. Le portable ne passait pas, j'étais donc coupée du reste du monde. Je passais mes journées à me balader mais le paysage était sans intérêt. Je ne cessais de regarder à l'horizon, vers Athènes, ma ville natale, car j'étais en Grèce sur une de ces îles paumées.

    Soudain, je vis un yacht arriver au loin, un homme plongeait dans la mer bleue azur. Il nagea jusqu'au quai et sortit de l'eau. Celle-ci ruisselait sur ses muscles saillants. Ses cheveux bruns étaient plaqués sur son visage parfait. Ses yeux émeraude se sont tournés vers moi. Il plongea son regard dans le mien pendant quelques instants puis se retourna, marcha et tourna dans une ruelle. Qui était ce mystérieux inconnu totalement sublissime??? Son visage me hanta toute la nuit.

    Le lendemain, je marchais sur le sable fin quand soudain, des racailles du coin qui fumaient des joints et buvaient de la vodka en jetant les bouteilles et les canettes de Coca sur la plage, vinrent à ma rencontre. Ils étaient menaçants. Ils prirent ma tête avec force et brutalité et me l'enfoncèrent dans l'eau glaciale. Je n'arrivais plus à respirer. Mes poumons brûlaient, ils allaient exploser d'un moment à l'autre. Depuis que j'étais arrivée sur cette île, ces racailles m'avaient pris pour souffre-douleur car j'étais la seule ado de ce trou perdu. Ils prenaient un malin plaisir à me voir pleurer mais ils n'avaient jamais essayé de me tuer auparavant. Je commençais à voir des lumières dans la noirceur des profondeurs tandis que je tombais dans l'inconscience. J'entendis vaguement une des racailles dire: "V'là le rejeton du riche, tirons-nous!" Tous mes bourreaux s'enfuirent, me laissant là, à demi-noyée sans air.

    Je me réveillais dans un lit luxueux. Je ne savais pas où j'étais et j'avais peur. J'ignorais combien de temps j'avais dormi. Est-ce que j'allais encore me faire maltraiter? Soudain, la porte s'ouvrit, laissant entrer le mystérieux inconnu, cette fois vêtu avec goût. Il s'approcha de moi et posa une main rassurante sur mon front pour tester ma température. Je rougissais et essayais de le cacher car j'avais honte. Il me tourna la tête gentiment, vers son visage, et me regarda intensément. Il me dit tout sourire.

    Inconnu: "Tu es encore plus mignonne quand tu rougis."

    Cette remarque me fit rougir de plus belle.

    Inconnu: "Je ne me suis pas présenté, je m'appelle Alexandre mais tu peux dire Alex. Et toi?

    Moi: Je m'appelle Madeleine, où suis-je? Que s'est-il passé? Je ne me rappelle de rien. Pouvez-vous m'éclaircir si cela ne vous dérange pas?

    Alex: Tu peux me tutoyer et cela ne me dérange pas du tout. Je suis venu sur ton île et suis arrivé à quai quand j'ai vu des racailles détaler en riant. Je me suis rendu sur la plage et t'ai découverte inconsciente, la tête dans l'eau. Quand je t'ai allongée sur le sable, je t'ai reconnue, tu étais sur la falaise et tu me regardais nager."

    Je me rappelai de son corps musclé et parfait sortant de l'eau puis détournai soudainement mon regard du sien. Tandis que je dis en bafouillant.

    Moi:" Je devrai prévenir mes parents et me mettre en route

    Alex: (d'un air désappointé) Tu ne veux pas rester un peu plus sur mon île? Tu es la seule personne doté d'esprit à qui je parle et qui n'en veux pas à mon argent.

    Moi: Je suis désolée si je t'ai vexé mais je viens juste de faire ta connaissance et de plus je ne me sens pas vraiment à ma place dans ce palais luxueux.

    Alex: Tu ne voudrais pas rester pour dîner avec moi après que t'ai appelé tes parents? Si ma maison te dérange nous pouvons aller dans un restaurant."

    J'acceptai avec plaisir. Il était tellement craquant que je ne pouvais refuser. Le soir même nous allâmes dîner dans un kebab. Ce n'était pas romantique mais chouette car il était très chaleureux. Je n'avais d'yeux que pour lui. C'était magique. La soirée passait d'une traite. J'aurai voulu rester plus avec lui. Au petit matin, il me ramena à bord d'un yacht sur mon île. Nous nous fîmes la bise et je rentrai à la maison dormir. Le lendemain je me réveillai et restai dans mon lit, j'avais passé une soirée merveilleuse. j'aurai aimé pouvoir rêvé un peu plus de cette escapade inoubliable avec un homme parfait comme Alex. Mais ma mère me criait des ordres comme "lève-toi vite, viens déjeuner...!" je me levai, enfilai les premiers habits qui me tombaient sous la main et descendis.

    Pendant toute la journée, je me baladais avec ennuie quand soudain je vis Alex arriver en yacht, il tourna la tête et me vis. Il commença à se déshabillé, je rougis comme une tomate. Tout en se déshabillant jusqu'à un maillot de bain, il esquissa un sourire. Ainsi fait, il plongea dans l'eau scintillante et me rejoignit sur la côte. Pendant tout le reste de l'après-midi, il me fit découvrir plein d'autres aspects de l'île sur laquelle je vivais. Il me montra une grotte où l'on pouvait plonger dans l'eau et quelques instants après se retrouver dans une caverne avec une seule issue la voie souterraine maritime (impossible pour les bateaux d'arriver ici.) Grâce à un trou dans le plafond révélant une part du soleil, je pouvais voir Alex avec, un torse majestueux flotter vers moi. Nous étions que tous les deux.

    Puis il commença à m'enlacer (j'étais gênée car je n'étais qu'en sous-vêtement, je n'avais pas prévue un séjour dans l'eau.)Soudain mes lèvres effleurèrent les siennes, elles étaient douces et agréables. Je sentais ses paumes chaudes me caresser délicatement la tête. Je crois que je tombais amoureuse pour la première fois, mais par contre ce n'était pas mon premier baiser.

    Et oui, quand j'étais à Athènes j'ai fait un pari contre un garçon pustuleux, avec de la morve qui dégoulinait de son nez sur son visage cauchemardesque. Je m'en rappellerais malheureusement pour toujours. J'étais tellement bien à ses côtés, rien n'aurait pu détruire ce moment inoubliable.

    Quand soudain j'entendis une sonnerie de portable. Cela me mis en rogne, Alex avait pris son portable et ne l'avait pas éteint? SACRILÈGE, il venu juste de détruire une scène romantique, quel culot!!! Mais ce qui me mis le coup de grâce c'est qu'il répondit, il r-é-p-on-dit au téléphone! C'était déjà assez horrible qu'il n'ait pas éteint son portable mais là à répondre.... je bouillais de rage. Alex me laissa littéralement en plan et repartit sans moi tout en parlant au téléphone. Même pas un bisou ni une caresse ni un au-revoir, rien.

    Moi: « Je me vengerai Alexandre. Tu vas en prendre plein la vue »

    Tout en échafaudant ce que je ferai de mauvais comme revers de coup de poing, je vis un bateau de touristes qui s’étaient trompés de route arriver à quai. À bord se trouvait un vrai canon !!

    Moi : « Il fera surement l’affaire, si je lui explique la situation, ou pas, on verra. D’abord, j’aplatis le terrain en l’amadouant. »

    Je courus vers lui et dis. Moi : « Salut, comment t’appelle-tu ? Tu viens d’où ?

    Canon :- Jé m’appélle Lysandre et jé viens dé Italie, lé pays dé la spaghetti. »

    Tout en me montrant sous mon meilleur jour.Moi : « Tu voudrais pas sortir avec moi, je me sens tellement seule et tu es tellement mignon. (En rougissant car je pense aussi à Alex à qui je n’ai rien pu dire par rapport à son physique car il me fait trop craquer.) Et je voudrais que tu me réconforte car j’ai péniblement cassé avec mon ex, que j’aime peut-être encore un peu. Et ça me fais de la peine. (Tout en jouant la comédie à moitié car je commence peu à peu à succomber à son charme divin.)

    Lysandre :- Jé veux bien sortir avéc toi, tu és très jolie, même sublissima. Et tu peux mé faire confiance, jé né dirais rien à pérsonne. »

    Il sourit en dévoilant des dents d’une blancheur immaculées.

    Pendant les jours qui suivirent cette rencontre, je m’amusais comme une folle. Il m’arrivait parfois de repenser à Alex mais je me disais que s’il m’aimait, il m’aurait déclaré sa flamme en tête à tête ou bien par message mais, non. Il m’appelait sans cesse et me bombardait de messages. Cependant je ne les lisais pas car je savais que ce n’était qu’un beau parleur et rien de plus. Il n’avait pas même le courage de me larguer proprement, à part ça il avait choisi le supplice de la sonnerie car non seulement il y avait la sonnerie mais quand je l’avais un peu espionné, je l’avoue, je l’ai entendu parler de sujets très enflammant avec une femme en possession d’une voix mielleuse. Et je suis certaine à 100% que je ne rêvais pas. Quel traître !

    Puis soudain un jour Alex arriva devant ma porte sans crier gare. Je entrouvris la porte d’entrée mais ne le laissa pas rentrer car de un il y avait Lysandre et je savais Alex très possessif et de deux je ne voulais tout simplement pas qu’il entre. Alex me tendis un bouquet de rose rouge. Puis tout à coup Alex devint livide et cria.

    Alex : « C’est toi qui a piqué ma copine, petit connard. Viens te battre si t’es un homme ! Et je vais te montrer avec qui tu joues !

    Lysandre :- (hors de lui) C’est moi qui vais té montrer les bonnes manières envers les femmes, tu la trop fais souffrir. Tu vas en payer les conséquences. »

    Soudain le poing d’Alex fendit l’air, mais Lysandre l’arrêta d’un geste majestueux. Et lui rendit la monnaie de sa pièce. Ils continuaient de se battre, je ne savais de quel côté être, je ne voulais pas les perdre ! C’était de ma faute si tout avait commencé, tout était de ma faute. Je devais les arrêter coûte que coûte avant qu’ils s’entretuent. Je pris le poignet des et deux mais cela ne fit rien car ils me repoussèrent sans ménagement alors je me mis à crier.

    Moi : « Arrêter de vous battre, s’il vous plaît, je ne veux pas vous perdre. Calmez-vous et écoutez-moi !!

    Lysandre :- Jé férai tout cé qué tu voudrais mais s’il té plaît éloigné toi dé cé traître.

    Alex :- C’est moi le traître ?

    Lysandre :- Bin ouais, qu’est-cé qui té prends à être infidèle avéc elle ?

    Alex :- Moi ? Infidèle ? Jamais !

    Lysandre :- T’as qu’as lui demander, tu lui as détruit son cœur !

    Alex :- Quoi ?!

    Moi :- Arrête de mentir Alex, tu sais très bien de quoi il parle !!

    Alex :- (en levant les yeux au ciel) Mentir de quoi ? Bon sang comment veux-tu que je me défende si tu ne me dit même pas de quoi on parle ! Je n’ai vraiment rien à te cacher. Si tu doutes de quelque chose sur moi, pause moi toutes les questions que tu veux. Je te répondrai toujours en te disant la vérité. Je t’aime Madeleine. Qu’est-ce qu’il y a de plus à dire dit-il en s’approchant de moi.

    Moi :- (en reculant) Tu aurais pu me le dire un peu plus poétiquement. Au-moins Lysandre comprends mes désirs. Et ne joue pas la comédie avec moi. Je sais très bien très bien que tu essais de changer de sujet. Ne te défile surtout pas de tes responsabilités.

    Alex :- (en me prenant les mains et en me murmurant doucement dans l’oreille langoureusement) Pose-moi des questions, je te dirais toujours la vérité. S’il te plaît ne m’accuse pas à tort et travers. »

    J’enlevai mes mains prisonnières des siennes et reculai vers Lysandre qui passa ses bras autour de ma taille et m’embrassa délicatement dans le cou. Soudain Alex voit tout en rouge et s’écrit comme un possédé.

    Alex : « Ah ha je comprends, tu veux me faire rager c’est ça ?! Tu veux que je m’agenouille devant toi et que je te supplie de sortir avec moi ! Mais ta combine ne marche pas sur moi ! Si tu veux rester avec ton prince charmant et bien, reste !!!! de toute façon t’es pas la seule fille qui veuille sortir avec moi. Il y a toute une file. J’aurais qu’à prendre la suivante. Ah tu fais moins la maline là, hein ?

    Moi :- (indignée) Ah parce que tu crois que tu peux me manipuler comme ça ? Tu sais, ça m’a fait très mal quand tu as répondu à la sonnerie de ton portable. Surtout quand cette femme se révéla être une personne aux propos très enflammant et sensuelles. Je t’aimais de tout mon cœur. Mais là, tu as dépassé les bornes. Lysandre lui est doux et attentionné envers moi.

    Alex :- Si tu voulais tout savoir j’étais au téléphone avec une secrétaire et pour les ’’propos enflammant ’’ hmmm, en fait, elle me décrivait comment son ex l’avait embobiné,jusqu'à lui casser le cœur. Voilà tu sais tout !

    Lysandre:- Ah ouais c'est comme ça qué tu lui parlé. On dirait pas vraiment qué tu l'aimes là. On dirait plutôt qué tu cherche à lui faire porter lé chapeau dé la mauvaise personne. Dis lui sincèrement si tu l'aimes ou non! Arrête dé té dissimuler! Et viens essayer dé conquérir celle qué tu aimes si elle té tiens autant au cœur. Mais tu vas devoir avoir dé bon argument car tu la traites comme un vulgaire objet qué tu peux utiliser et jeter quand tu n'en a plus besoin. Ne t'attends pas à la voir courir à tes basques dès qué tu lé lui ordonne. Ce n'est pas un chien mais une femme avec des sentiments et un caractère! On voit bien que t'es qu'un fils à papa qui à toujours eu tout cé qu'il voulait. Tu vas devoir apprendre cé qué c'est qué lé monde réelle et oublier ta petite île de riche où tout le monde té vénère. Change dé mentalité. Tu n'as aucune chance contre moi, vas plutôt pleurer dans les genoux dé ta mère, qué perdre ton temps ici. C'est perdu d'avance. Madeleine me préfère.

    Moi:- Je crois que tu lui as largement donné assez de conseils. Maintenant c'est à lui de voir si il veut les appliqués."                                                                                           ( Dans ma tête: S'il plaît Alex, je ne veux pas te perdre, je t'aime si fort! je veux juste une preuve de ton affection pour moi.)

    Je me retourne et embrasse Lysandre avec passion. Avec lui je me sentais bien. Il avait un univers à lui qu'il voulait faire partager à tout le monde grâce à ces poèmes. Ceux-ci nous transportaient dans son monde fait de toute pièce par lui, il nous faisait voyager. Lui et Alex n'avaient rien à s'envier l'un de l'autre car ils étaient tous deux très différents. Prit de fureur Alex part en disant à Lysandre d'un ton menaçant

    Alex:" Tu vas regretter de me l'avoir, j'ai essayé de me retenir mais le vrai moi va sortir et je te promets que ce sera l'enfer.

    Moi:- ( à Lysandre d'une voix mal assurée) Et si nous allions nous balader sur la plage?

    Lysandre:- ( en me faisant un sourir charmeur ) Cé serait avec plaisir. Et après nous pourrons aller pique-niquer en regardant lé coucher dé soleil... ( en redevenant sérieux ) Tu devrais oublier cé fils à papa. Tu vaux mieux que ça. 

    Moi:- Allons préparer le pique-nique!"

    Tout en préparant le pique-nique et en papotant. Le téléphone dans l'entrée sonne, accompagné de Lysandre nous allions répondre quand soudain arrive ma mère en courant comme si elle avait le diable à ses trousses. En un geste elle nous arrache le combiné et nous crie 

    Mère:"(tel une lionne qui protège ses petits) N'y touchez pas, et ne prenez plus jamais le téléphone ou gare à vos fesses petit copain ou pas!

    Lysandre:- (à moi) Je savais pas qué ta mère avait cé genre dé penchant.

    père:- (en sortant de la cuisine) Madeleine je ne savais pas non plus que tu aimais les gens pervers. Si j'avais su je me serais amusé à ramener à la maison tous les clients de notre magasin. Je crois même qu'ils sont pire que euh Lysandre, c'est ça?

    Lysandre:- (en rougissant) Oui c'est ça. Mais rassurez vous jé né la maltraite pas. C'est pas cé qué vous croyez.

    père:- Non mais ça va j’apprécie les garçons dans ton genre. Plein de vie et qui fait sourire ma petite perle d'ange.

    Moi:- (agacée) PAPA"

    Soudain on entendit un " allooooo, ya quelqu'un? ouuuuhouuuh"

    Mére:" Oh désolé, je dois vraiment prendre ce coup de fil"

    Elle part en courant pour s'isolée dans sa chambre.

    père:" Je la trouve vraiment bizarre depuis quelque temps, je me demande si elle va bien.

    Moi:- C'est vrai que, maintenant que tu le dis; maman c'est comportée étrangement, tu te rappelle Lysandre quand elle s'est transformée en furie et nous a arraché le combiné des mains. 

    Lysandre:- Oui c'est comme si elle né voulait pas qué l'on sache qui c'est. Je crois que détective Lysandre et inspecteur Madeleine ont un mystère à éclaircir.

    Moi:- Tout à fait Lysandre euh je voulais dire détective Lysandre. Ne t'inquiète pas Papa, nous nous chargeons de Maman. Elle est entre de bonnes mains."

    Nous laissâmes Papa cuisiner et montâmes à pas de loup les escaliers vers la chambre de Maman. On entendit des rires et des chuchotements suspects venant de derrière la porte. Nous avançâmes doucement sans hâte. Mais notre démarche trahissait l'ardeur de nos cœurs à savoir ce qui se passait. Nous collâmes nos oreilles à sa porte et écoutâmes

    Maman:" Oui, ce soir, au restaurant " Castilla"? Ce serait avec joie! Comment ne pas accepter d'aller dîner avec toi quand on sait que si je refuse cet invitation, je serai coincée dans la maison à ne rien faire, qu'à regarder la télé avec pour seule compagnie  mon vieux croûton de mari. Mon corps tout entier languit de te voir, serait-ce une seconde, mon amour. Mon amant. (rire) Je vois maintenant pourquoi tant de femmes trompent leurs maris. C'est tellement excitant, tellement exaltant de vivre dans la panique qu'un jour je me ferai griller et que tout tomberait à l'eau. L'adrénaline qui coule à flot lorsque l'on essaye d'échapper à son époux. L'aventure qui nous ouvre les bras. La sensation de redevenir jeune encore une fois. De découvrir des sentiments nouveaux tout en sachant que la relation n'est peut-être pas stable. (pause) Traverser mille et un dangers seulement pour être avec son bien-aimé. Il faudrait être folle, mais l'amour n'as pas de limite. Et à quelle heure dois-je te retrouver là-bas? 

    Inconnu:- Vers 19 heures, ça te va? (pause) J'imagine déjà comment tu es habillée.

    Maman:- Ah oui, et comment serai-je vêtue?

    Inconnu:- Tu auras un décolleté dévoilant tes épaules magnifiques et ta peau laiteuse aussi douce qu'un pétale de rose. Tu porteras une robe moulante qui soulignera la finesse de ta taille. Tes yeux seront mis en valeur par un trait de crayon sur tes paupières, ce qui apportera une touche mystérieuse à ton visage scintillant. Et lorsque tu entreras dans le restaurant je verrai à la lumière  tamisé des chandeliers, que tu auras du rouge sur tes lèvres, et je m'empresserai de les embrasser sitôt que tu te sois assise près de moi. (silence) Ah et j'oubliai, le décolleté laissera aussi échapper la partie supérieure de ton anatomie. J'espère que tu ne m'en veux pas d'avoir mis en avant ces propos peu engageants qui encombraient ma pensée. Je suis infiniment ...

    Maman:- (en le coupant) Tu n'as rien à te reprocher, tous les hommes sont comme ça. Mais toi tu es le seul à être honnête avec moi. 

    Moi:- (à Lysandre en chuchotant) Et bien, ils ne manquent pas de mots pour déclarer leur escapade en amoureux.

    Lysandre:- Surtout l'homme. Il a un esprit tellement pervers... Mais quels mots! Je suis sûr à cent pour cent qué cé n'est pas son premier rendez-vous. 

    Moi:- Oui, ses paroles sont tellement pleines de charme et d'élégance que moi-même j'ai du mal à résister.

    Lysandre:- (en m'embrassant avec fougue) S'il té plaît né mé dit pas une chose aussi triste.

    Moi:- Désolé mon amour, si tu t'es sentis trahis alors ne le soit pas car nous allons trouver qui c'est et obliger à arrêter de voir Maman. C'est trop dangereux et elle risque de devoir divorcer avec Papa. Et ça je ne le veux pas. (les larmes aux yeux)

    Lysandre:- (en mettant un bras autour de mon épaule) Né pleure pas on va tout arranger, mais d'abord il faut continuer à écouter, pour essayer dé trouver d'autres indices.

    Moi:- Et après on fera un débriefing pour dresser un plan de ce qu'on va faire pour le démasquer. (avec un air résolu)

    Lysandre:- Chut on dirait qu'elle arrive, vite faut qu'on parte!

    Moi:- Elle a déjà fini de converser avec lui, merde, on a tout raté!"

    Nous prîmes la fuite et courûmes nous cacher dans la salle de bain juste à temps pour voir Maman sortir de sa chambre totalement aux anges. Elle allait descendre quand soudain  par malheur elle nous vit dans l'encadrement de la porte et nous dit

    Maman:" Que faîtes-vous ici? Vous savez on ne vous a pas donné notre chambre pour se retrouver dans deux petites chambres séparées pour rien. Si je ne suis pas trop indiscrète, c'était dans le but que vous utilisiez la salle de bain qui est dans votre chambre. Vous pouvez faire ce que vous voulez dans celle-là mais celle-ci, c'est la nôtre, donc si vous voulez vous amusez faîtes-le au-moins dans un lieu privé."

    Lorsqu'elle eut descendu l'escalier nous nous regardâmes et éclatâmes de rire. Elle venait de nous griller et elle n'a pas soupçonné un instant que nous l'espionnions.

    Lysandre:" Ta mère a vraiment un esprit mal tourné."

    Je souris totalement d'accord avec lui.

    père" A table!

    Moi:- Vite, sinon ils auront fini tous les spaghettis sans qu'on ait eu le temps de les goûter!

    Lysandre:- Si tu veux jé pourrais t'en faire. Jé n'en ai peut-être pas l'air mais jé suis un véritable cordon bleu italien.

    Moi:- en plus d'être super mignon et craquant, beau-parleur et super gentil, tu aimes cuisiner  comme moi et mon père. On a plein choses en commun. C'est génial!!

    Lysandre:- C'est plutôt lé destin. C'est lui qui nous a unis par sa forme magique extrêmement puissante.

    Moi:- J'adore quand tu parles, tu t'exprimes toujours romantiquement à mon égard et cela me touche beaucoup Lysandre. (en déposant un doux baiser sur son front, en mettant sur la pointe de pieds forcément, car il est plus grand que moi!!) Tu est  le seul homme qui fasse chavirer mon cœur. (à part Alex)

     Lysandre: Allons dîner, sinon il ne restera plus rien."

    Soudain il me prit par les hanches, me souleva dans les airs et me porta sur ses épaules musclées jusqu'à la cuisine. Je voulais me débattre mais la bataille était perdue d'avance.

    Moi:" (d'une voie faussement boudeuse) Tu vas me la payer.

    Lysandre: (en m'embrassant langoureusement) Ah oui? Jé né crois pas. (en mettant ses mains sur mes hanches) Tu craques tellement pour moi qué tu né restes pas plus dé dix minutes en colère contre moi."

    Après m'être assise sur ses genoux. Nous mangeâmes nos spaghettis en nous les partageant avec amour. Et allâmes nous préparer pour prendre ma mère en filature. A 18 heures 50 elle sortit de la maison et nous la suivîmes jusqu'à un bosquet, puis elle entra dans une Bentley dernier cri avec jantes chromées.

    Moi:" Je t'ai déjà dit que j'adore les voitures dans ce genre? C'est trop la classe. J'en reviens pas, maman sort avec un riche.

    Lysandre:- Elle trompe surtout ton père et elle est en train dé nous échapper.

    Moi:- Waouh t'as vu les flammes bleues qui sortent du pot d'échappement.

    Lysandre:- Jé dois avouer que ça en jette.

    Moi:- Je me demande qui est volant?

    Lysandre:- T'as qu'as allé lui demander.

    Moi:- Ha!Ha! Très drôle, maman me reconnaîtrait à coup sûr.

    Lysandre:- Faudrait les filer non?

    Moi:- Tu as raison faut que j'arrête de m'extasier sur la Bentley."

    Nous nous retournâmes et là je crus que mes yeux allaient littéralement sortir de leurs orbites. La Bentley avait disparu.

    Moi:" (en courant) On est de vrai boulets, elle était juste devant nous!

    Lysandre:- C'est à cause dé toi si tu n'avais pas rêvassé devant la bagnole on aurait pu la poursuivre. 

    Moi:- Eh!... J'avoue que je suis trop bête, en plus je les ai vu partir. Ah quel crétine... Attend! Je suis peut-être stupide mais pas au point d'oublier qu'ils dînent au restaurant "Castilla".

    Lysandre:- Jé suis heureux qué tu té rattrapes."

    Nous allâmes directement dans notre objectif: le restaurant "Castilla".

    Moi:" (en scrutant la salle à manger) Y'a beaucoup de monde ce soir.

    Lysandre:- Oui et il y a aussi prince charmant numéro deux.

    Moi:- Ah bon, où ça? (en le cherchant) Je le trouve pas.

    Lysandre:- C'est normal, il est tout au fond presque totalement dans l'ombre dans lé coin, derrière les iris.

    Moi:- Je me demande ce qu'il fait là, il m'a pourtant dit qu'il était chez lui. Il voulait que je le retrouve là-bas pour qu'il m'invite à un dîner de pardon.

    Lysandre:- Et bien sûr tu as refusé.

    Moi:- Bien entendu. Il m'a trahi et il n'est même pas foutu de me dire pardon. (en regardant Alex car je l'avais enfin trouvé) Tiens il parle à quelqu'un, ça veut dire qu'il n'est pas tout seul. Je me demande avec qui 'il est? 

    Lysandre:- En lé connaissant bien (faisant mine de réfléchir) avec uné nana bien roulée et qui a dé la tune plein son sac à main.

    Moi:- (choquée par ses propos) Lysandre arrête de dire n'importe quoi! Alex m'a juré qu'il me restait fidèle et qu'il ne me trahirais plus jamais, du moins, je l'espère.

    Lysandre:- Madeleine regardé les choses en facé, il té trompé donc il t"a trahi alors il n'est plus digne dé toi point barre! Faut pas aller chercher plus loin. Il faut maintenant tourner la page, l'oublier et té rappeler qué j'existé aussi. S'il té plaît écoute moi, jé né pensé qu'a ton bonheur.

    Moi:- Tu as raison( le cœur brisé)

    Lysandre:- Bon faut qu'on cherche ta mère car avec tout ça, on l'a oublier.

    Moi:- Alors allons-y! "

    Nous contournâmes le bâtiment principale pour arriver devant le parking. Nous inspectâmes une à une les rangés de voitures afin de voir si la Bentley grise immaculée OOOGK OOJK était déjà garée. Ce qui s’avéra être positif. ensuite nous retournâmes vers l'entrée de "Castilla" et entrâmes. L'ameublement était placé et choisi avec goût et sobriété. la lumière était tamisée et il y régnait une ambiance extrêmement sensuelle. Dans tous les recoins ombrés se trouvait es couples en train de s'embrasser avec fougue et désir. C'était plutôt mignon. Mais il fallait que je me concentre sur le mystère intitulé " Maman avec qui sort-tu donc?".C'est bizarre je le sais, mais à chaque pas que je faisais pour me rapprocher du dénouement du mystère, une boule d'angoisse me prenait le ventre, je respirais mal comme si mon corps tout entier ne voulait pas je connaisse le nom du traître qui avait volé le cœur de ma très chère mère. Je me retournais et dis avec une voix presque inaudible:

     Moi:" Lysandre quand tu as vu Alex vers les iris, est-ce que... est-ce qu'il était en-train de parler à quelqu'un?

    Lysandre:-(en détourant les yeux des miens) Oui, mais pourquoi tu veux savoir ça. On sait déjà qué c'est lé traître numéro un alors pourquoi chercher plus loin? Bon j'osais pas lé dire mais j'ai cru reconnaître une femme à côté de lui mais j'en suis pas sûr. Mais cé qué j'en suis sûr, c'est qu'il lui parlait. (en me prenant les mains) S'il ta plaît, en dessous dé toutes ses promesses, il t'a trompé. Jé sens qu'il va encore te faire pleurer. Jé t'en conjure tu n'as pas besoin dé devoir endurer autant dé malheur sur tes épaules. Sortons d'ici avant qu'il nous voit.

    Moi:- Tes propos mon beaucoup touchés. Je te remercie du fond du cœur mais je ne peux pas. Je ne veux pas laisser maman s'embarquer dans une histoire d'adultère. Je ne pourrai fermer les yeux et encore moins me taire devant papa, cela serait abominable!

    Lysandre:- On lé cherche encore pendant 10 minutes puis si on lé trouve pas on part d'ici, ok? Comme ça si on a rien trouvé et qué l'on cherche plus, tu n'auras pas à t'en vouloir vis à vis dé ton père.

    Moi:- D'accord." (Il me sourit d'un air rassuré) 

    Nous allâmes continuer les recherches quand soudain quelqu'un me bouscula. J'évitai de justesse un chariot garé devant une table occupée quand Lysandre me rattrapa in extremis avant que je m'étale de tout mon long sur le parquet ciré de l'accueil. Nous nous retournâmes pour voir celui qui était la cause de cette semi- catastrophe. Et là debout devant nous d'un air abasourdit se trouvait:

    Moi:" Papa!

    père:- Euh coucou ma chérie, ça va tu 'as rien?je suis vraiment désolé, je ne t'avais pas vu. (pause) Pourquoi êtes- vous ici? (en fronçant les sourcils)

    Nous:- Euhmm en fait on se baladait et on est rentré par hasard dans ce restaurant et encore par hasard on a vu Alex avec une fille alors qu'il m'avait assuré qu'il était chez lui.

    père:- Mais c'est un connard ce mec pour quoi il t'as pas invité à la place de cette... fille publique. (car je lui faisais de gros yeux qui voulait tout dire)

    Lysandre:- C' n'est pas parcé qu'ellé n'a pas été invité qu'ellé chamboulée mais parcé qu'il lui trahi et mentit (encore une fois).

    père:- Ah si c'est juste ça! Vraiment vous les filles vous pleurer pour un rien. (à voix basse) C'est à en pleurer de rire. (à voix haute) Moi à votre âge je sortais avec plusieurs filles en même temps.

    Moi:- (à Lysandre) Ah bon vu sa tête et sa musculature, je serais plutôt partie en courant moi.

    Lysandre:-(à Moi) Peut-être qu'elles étaient aveugles ou bien parcé qu'il les faisait chanter.

    Moi:- Ouais je les plains.

    père:- Merci, j'ai tout entendu, je vais bouder nah. (en tirant ça langue et en croisant les bras)

    Moi:- C'était pour rire! (en l'embrassant su la joue affectueusement)

    Lysandre:- Ellé est la femme la plus parfaite qué jé connaissé.

    Moi:- ( en le prenant dans les bras) Merci mon amour.

    père:- Moi aussi avant j'avais " la côte" mais ça  c'était avant de rencontrer a mère. (d'une mine très  très très dégoûté) Elle m'a très vite fait comprendre que je n'avais plus mes libertés d'antan. Mais bon, on s'y habitue. En plus elle était d'une mocheté cauchemardesque, beurk.

    Moi:- (ironiquement) Pauvre papa, tu es tombé amoureux d'une gorgone. C'est ballot.

    Lysandre:- Si ta mère est uné gorgoné jé dis que tu es très chanceuse dé né ressembler à aucun de tes parents.  

     père: Les ados d'aujourd'hui déballent toujours des conneries pas possibles. De plus je ne l'aimais pas, c'étais un mariage organisé par mes parents. C'était le jour le plus drôle de ma vie.

    Nous : Ah qu'est cé qu'il s'est passé?

    père:- Tante Yvonne est tombée dans le lac et elle a essayé de se rattraper sur la table de dessert. Celle-ci est tombée à la renverse sur au moins une centaine de convives. Ils étaient tachés de la tête aux pieds. je riais tellement fort que je n'avais pas vu la marche qui signalait la fin du ponton et suis tombé dans l'eau tiède du lac."

    Lysandre et mon Père riaient de sa mésaventure dans l'eau, mais moi je ne riais pas ou en tout cas plus, car j'avais involontairement repéré ... Alex! Et bien entendu, il n'était pas seul! Ah, bien sûr, c'était à prévoir mais le choc était trop grand à encaisser, je restais figé sur place comme une marionnette à  qui on lui avait coupé tous ses fils. Je ne savais que faire. Je savais que Lysandre avait raison, que je devais l'oublier, mais on ne peut pas le faire en un claquement de doigts, cela prend du temps, beaucoup de temps, qui sait, ça pourrait prendre 5 ans, 10 ans, une semaine, 2 mois, je ne sais pas!

    Un torrent de larmes inondèrent soudainement mon visage mais je m'en contre fichais. Une haine noire prenait place dans mon coeur fragmenté en mille morceaux. Un dépit et dégoût tellement féroce que même le plus valeureux des tigres aurait pris la fuite, ceux-ci engendraient ma tristesse sans pour autant la faire disparaître complètement. Un bouillonnement intense me nouait le ventre, je sentais que j'allais exploser, ma boussole intérieure me criait de me retourner, me calmer partir et réfugier dans les bras de mon bien aimé Lysandre qui lui au moins me voyait plus comme une femme avec une personnalité qu'une possession sans vie ni caractère. Mais cette vision me remplissait d'effroi. je ne voulais pas y croire!

    Si je n'avais pas rencontré Alex tout cela ne serait jamais arrivé!! Je ne n'aurais pas souffert! Pourquoi doit-on toujours chercher le prince charmant. Alex est beau, parfait, ses yeux émeraudes : déstabilisants ... C'est comme si il peut lire en moi tel un livre ouvert. Mais c'est Lysandre que j'aime, pas lui!! Quand l'acceptera t-il? 

    Soudain j'entendis que les rires cessèrent, je tournais lentement mes yeux vers la droite et que mon père avait eu le même réflexe que moi, il avait vu Alex et la femme qui l'embrassait. Celle-ci s'avérait être ma MÈRE!!!!! Les yeux de père se remplirent de larmes, inondant peu à peu son visage autrefois jovial et angélique. Ma mère embrassait mon ex petit ami! Comment a-t-elle pu me faire ça?! Papa restait figé comme glacé.

    Subitement Lysandre éclata de fureur. Il courut vers Alex, brandit son poing et frappa de toutes se forces dans la mâchoire de son éternelle rival. Celui-ci avait un petit sourire au coin de ses lèvres et ses yeux étincelaient de malice. 

    Alex": (en chuchotant dans son oreille sans que personne ne voie) Tu peux me taper autant de fois que tu le veux, parce que j'ai gagné. Fallait pas me la piquer.

    Lysandre - Tu vas regretter d'être venu au monde, connard!"

    Un combat inutile de force commença. Il fallait se rendre à l'évidence ils étaient de la même force. 


    votre commentaire
  •  

    Coucou tout le monde

    Un grand désolé je ne publierais pas autant mes deux autres potes car j'ai commencé à écrire il y a pas si longtemps que ça.

    Bonne vacances à tous et à toutes n'oubliez pas de commenter ce qu'on fait pour que l'on s'améliore. 

     

     


    votre commentaire
  • Salut la compagnie

    ça baigne??glasses 

    je vous souhaite une bonne rentrée même si c'est pas tout le temps la joie. n_nwinktongue

    je vais essayer de publier plus souvent mais comme c'est la rentrée il faut recommencer à travailler ce qui c'est pas toujours super arf

    Dîtes nous tous les commentaires qui vous passes par la têtes car nous avons vraiment envie de savoir ce que vous pensez de nos histoires.happy

     


    votre commentaire
  • Bonne Année!! 

    J'espère que vous avez adoré vos festivités n_n

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique